Auparavant, la voyance était une pratique interdite sur le sol français. En d’autres termes, tout individu exerçant le métier des voyants constitue un délit et est sanctionné par la loi. Toutefois, depuis l’abrogation de cette loi, la voyance est dorénavant devenue l’une des activités les plus prisées par de nombreux particuliers. Ces derniers sont libres, mais contraints à certaines conditions. Lesquelles ?

Disposer d’une expérience dans la voyance

Il est vrai que la voyance est un don que vous avez hérité de vos ascendants, mais c’est l’avenir de centaines de personnes, voire des milliers, qui sont mis en jeu. De ce fait, si vous n’avez pas d’expérience, vous aurez du mal à vous en sortir. C’est l’une des raisons pour laquelle la majorité des gens jugent mal certains praticiens. En France, si vous pensez ouvrir un cabinet de voyance, la loi n’exige aucun diplôme agréé par l’État. Cerner les arts divinatoires vous permet de vous lancer dans cette activité. Au cas où vous constatez que votre expérience manque encore, il est judicieux de consulter les voyants expérimentés.

Outre ce moyen, il existe également de nos jours plusieurs manières de maîtriser la voyance, notamment les cours présentiels ou en ligne. Quelle que soit la méthode que vous choisissez, elle vous initie toutes à se familiariser au différent support divinatoire. Si vous souhaitez par exemple adopter les lignes de la main pour expliquer le passé d’un client, cela est désormais possible. Il vous suffit d’orienter vos cours vers la méthode qui vous convient le mieux.

A lire aussi  Litige assurance auto : non-respect des obligations de l'assureur en cas de non-respect des dispositions légales en matière de transport d'enfant en voiture

Se référer des directives prévues par la loi en vigueur

Même si la pratique de la voyance est dédiée à tout le monde, cela ne signifie pas qu’il puisse la pratiquer en sa convenance. En général, les législateurs français exigent que lorsque vous créez un cabinet de voyance, vous soyez dans l’obligation de déclarer cette activité. Cela vous permet d’être protégé si une tierce personne a l’intention de vous dénoncer. En matière de voyance, l’idéal est de préférer l’auto-entrepreneuriat. Avec cette option, vous bénéficiez de différents avantages.

  • En pratique, le métier des voyants reste sur la prédiction de l’avenir de ses clients. Aucun praticien ne doit alors abuser de la confiance de ces derniers.
  • S’ils cherchent à être guéris d’une grave maladie par exemple, le (a) voyant (e) est dans l’obligation de l’envoyer chez un médecin dédié.
  • Dès que vous voyez une personne malade arrivée chez vous, vous devez lui expliquer que la voyance n’a aucun rapport avec la médecine.
  • Au cas où vous essayez de retenir les informations pour trouver des intérêts personnels, vous commettez un délit aux yeux de la loi. Vous serez alors le seul responsable de vos actes.

Faire connaître la voyance d’une façon légale

Aujourd’hui, il existe de nombreux voyants qui ne déclarent pas ses activités auprès des autorités locales. Cela, dans le but de fuir aux divers impôts. Si vous faites partie de ces personnes, sachez que vous exercez dans le cadre informel. En effet, vis-à-vis de la loi, vos actes ne restent pas impunis. Rares sont les praticiens de voyance qui ne font pas connaître leur activité à travers les mass médias. Cela, pour prouver aux adeptes de cette pratique qu’il s’agit bien d’un métier qui s’effectue en toute honnêteté.

A lire aussi  Connaître ses droits en tant que femme enceinte et salariée

Une fois, vous gagnez la confiance des gens, vous n’aurez plus à vous investir dans la publicité. La personne témoin de vos bels actes véhiculera votre image où qu’elle soit et à n’importe quel moment. Outre cet avantage, le nombre de nouveaux clients se multipliera, d’où vous êtes dans l’obligation d’engager une secrétaire pour les accueillir et pour gérer les rendez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *