Changer de banque est souvent perçu comme une démarche complexe et fastidieuse. Pourtant, de nombreuses raisons peuvent pousser à franchir le pas, comme la recherche d’une meilleure offre, d’un meilleur service ou encore suite à un déménagement. Si l’on pense généralement aux conséquences sur les comptes courants et aux différentes démarches administratives à entreprendre, qu’en est-il des effets sur les comptes de passif ? Cet article vous propose un tour d’horizon des impacts liés au changement de banque sur vos passifs.

Les différents types de passifs

Avant d’aborder les conséquences du changement de banque sur les comptes de passif, il convient de rappeler brièvement ce que sont ces derniers. Le passif représente toutes les dettes et engagements financiers d’une personne ou d’une entreprise envers des tiers (banques, fournisseurs, État…). On distingue généralement deux types de passifs :

  • Le passif non exigible, qui correspond aux fonds propres et aux provisions pour risques et charges ;
  • Le passif exigible, qui regroupe l’ensemble des dettes à court, moyen et long terme.

Dans le cadre d’un changement de banque pour un particulier, les principaux éléments du passif concernés seront les crédits en cours (immobilier, consommation, etc.) et éventuellement les découverts autorisés.

Les conséquences du changement de banque sur les crédits en cours

Si vous avez un ou plusieurs crédits en cours au moment où vous décidez de changer de banque, plusieurs options s’offrent à vous :

  1. Conserver vos crédits dans votre ancienne banque : cette solution est la plus simple puisqu’elle ne nécessite aucune démarche particulière. Vous devrez toutefois continuer à effectuer le remboursement des mensualités auprès de cette dernière, même si vous avez transféré vos comptes courants et épargne dans votre nouvelle banque.
  2. Faire racheter vos crédits par votre nouvelle banque : cette option peut être intéressante si les conditions proposées par la nouvelle banque sont plus avantageuses que celles de l’ancienne (taux d’intérêt, frais annexes…). Attention toutefois aux éventuels frais de remboursement anticipé prévus dans votre contrat de prêt initial.
  3. Réaliser un transfert de prêt : il s’agit d’un dispositif permettant de transférer un crédit immobilier en cours d’une banque à une autre sans avoir à rembourser le capital restant dû. Cette solution est rarement proposée par les établissements financiers et est soumise à certaines conditions.
A lire aussi  Accident de travail : les règles à respecter en matière de prévention des risques liés aux travaux sur les voies ferrées

Dans tous les cas, il est important d’étudier avec soin les modalités et coûts liés à ces différentes options avant de prendre une décision.

Les conséquences sur les découverts autorisés

Le découvert autorisé est une facilité de trésorerie accordée par la banque, qui permet à un client de disposer temporairement d’un solde négatif sur son compte courant. En cas de changement de banque, cette autorisation peut être remise en cause :

  • Si vous conservez votre compte courant dans l’ancienne banque, le découvert autorisé devrait en principe être maintenu. Toutefois, il peut être réduit ou supprimé si la banque estime que vous ne respectez plus les conditions d’octroi (notamment en termes de domiciliation des revenus).
  • Si vous transférez votre compte courant dans la nouvelle banque, il faudra renégocier un éventuel découvert autorisé. La décision d’accorder ce service et les conditions associées dépendront du profil et de la situation financière du client.

Pour éviter toute mauvaise surprise, pensez à aborder ce sujet avec votre conseiller lors des démarches de changement de banque.

En conclusion : anticiper et bien s’informer

Comme on peut le constater, changer de banque peut avoir des conséquences sur les comptes de passif, notamment en ce qui concerne les crédits en cours et les découverts autorisés. Pour limiter ces impacts et réaliser un choix éclairé, il est essentiel d’étudier avec attention les différentes options possibles et de se renseigner auprès des établissements financiers concernés. Enfin, n’oubliez pas que le changement de banque est désormais facilité par la loi Macron et le dispositif de mobilité bancaire, qui permet à votre nouvelle banque de s’occuper gratuitement de toutes les démarches administratives liées au transfert de vos comptes et prélèvements automatiques.

A lire aussi  Les défis de la rédaction de contrats dans l'industrie du livre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *